Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Journal de bord de Fernando de la Cruz - Chapitre VIII

nov. 09 2004

Au bout de trois jours de marche, nous avons croisé deux autres esclaves libérés. Ils n'avaient pas l'air trop mal en point. Ils ont pu s'échapper car dix des gardiens de leur mine ont été réquisitionnés pour rejoindre les troupes qui nous cherchent. Ils auraient vu le frère d'Asthur.Tout cela flaire le piège à plein nez. Quoi qu'il en soit, bien qu'Elena les ait intimé de rester avec nous (elle avait peur qu'ils nous dénoncent, qu'ils soient espions ou même sous la torture sinon...), au petit matin, ils avaient disparu.

Même si tout cela ne me dise rien qui vaille, nous allons nous rendre à l'endroit qu'ils nous ont indiqués comme étant leur mine. Ce serait à deux jours de marche d'ici.

Nous venons d'arriver en vue d'une immense carrière en bord de mer. Il y a un feu au milieu avec des gardes autour, une entrée de mine et une tente, probablement celle des gardes.

Nous attaquerons ce soir, à la faveur de la nuit.

Mais pourquoi est ce que j'ai foncé là-dedans tête baissé ? Je le savais que c'était un piège ! Il s'en ait fallu de peu que nous soyons tous exterminés ! Cela m'apprendra à ne pas me fier à mon instinct. Toujours est-il qu'à part Clash, je ne sais pas ce que sont devenus les autres. En fait nous les avons laissé alors que nous étions dans une posture pour le moins fâcheuse : dès lors que nous avons commencé l'attaque, nous avons eu à faire à des mages faisant trembler la terre ! Notre stratégie d'attaquer depuis le haut de la carrière s'est finalement retournée contre nous, vu que nous nous sommes retrouvés dans les gravats, au milieu de la carrière. Et bien entendu, certains sont morts dans la chute. Mais si ce n'était que cela... Des gardes sont sortis de tous côtés, aussi bien de l'intérieur de la mine que de derrière nous. Malgré nos tentatives désespérées pour faire un maximum de dégâts, nous nous sommes fait rapidement submergés. Et quand les nombreux gardes nous ont intimé de jeter nos armes, plutôt que d'obéir, Clash et moi avons profiter de notre isolement au milieu de la carrière pour plonger dans l'eau, vingt-cinq mètres plus bas !

Après quatre heures de nage (encore heureux que j'avais la potion du mage ! bien pratique soit dit en passant), nous avons fini par trouver une brèche dans la falaise qui nous a permis de remonter sur le plateau rocheux.

Cela fait maintenant trois jours que nous longeons discrètement la côte et mes affaires ont à peine eu le temps de sécher... Et je réalise qu'il va nous falloir de nouveau sauter du haut de la falaise pour rejoindre le bateau...

J'ai mal partout ! J'ai fait un de ces plats... Nous avons dû sauter d'encore plus haut que la première fois avec Clash. Probablement plus de trente mètres ! Et autant de nuit, mus par la peur de se retrouver prisonnier des mines kieranes, nous n'avons pas eu le temps de réfléchir, autant cette fois, de jour, ce fût une autre paire de manche ! Enfin, toujours est il qu'à part un plat sur les fesses, nous nous en somme plutôt bien tirés.

Clash m'a réveillé pour me signaler que les autres sont en haut de la falaise. Il semble qu'ils soient tous là, y compris Seltus, mais aucun n'esclave n'en a réchappé... Si j'ai bien compris, ils attendent que le mage soit rétabli pour qu'il fasse voler tout le monde.

Les autres ont rejoint le bateau. Finalement, je me dis que nous aurions peut être mieux fait de partir sans eux... Enfin, le mal est fait.

D'après ce que j'ai compris, Seltus faisait parti des faux prisonniers de la mine que nous avons attaqué. D'après ses dires il y avait une centaine de garde en embuscade et une centaine de faux esclaves dans les mines ! Ils ne plaisantent pas les Kierans... A priori, ils pensaient que nous étions beaucoup plus nombreux. Toujours est-il que Seltus a pu faire parti du groupe qui a accompagné les prisonniers de notre groupe et a ainsi pu les libérer à la faveur de la nuit. Quoi qu'il en soit, pas de nouvelles du frère d'Asthur. Mais vu le danger, nous n'allons pas rester là.

Sinon l'épée maudite est encore redevenu un sujet de conversation houleuse (si ce n'est pas une preuve qu'elle est démoniaque !). Seltus et Elena veulent la garder, certains veulent s'en débarrasser, Seltus est même prêt à en découdre. Mais Clash a finit par trancher : celui qui veut l'épée n'a qu'à la racheter au groupe. Du coup Seltus a dû la laisser de mauvaise grâce.

Reste à savoir ce que nous allons faire à présent. On peut espérer que l'empire Kieran ne soit pas déjà au courant des problèmes des mines Coaker et que nous ne sommes pas encore recherchés. Mais il ne vaut mieux pas miser trop dessus. Les solutions alternatives semblent être Timin pour faire un peu de commerce avant de repartir vers La Dent, mais nos finances ne sont vraiment pas au plus haut. Sinon il reste la possibilité de partir à la chasse à la sirène, mais encore faudra t'il pouvoir la ramener à Kiera sans trop attirer l'attention.