Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'ennemi intérieur - Chapitre 3

nov. 30 2005

...Il était clair que ce Kastor Lieberung n'était pas aussi blanc qu'un agneau venant de naître... Ca y est, voilà que je me mets à parler comme Josep... Mais bon, voilà où nous avaient conduit toutes leurs imprudences !!!

Mon cher journal, tu n'imagines même pas l'horreur de ce qui a suivit !!! Je te raconte : Donc nous venions de lire le parchemin, et j'entends Heinrich annoncer sereinement : « Bon j'vais nettoyer ». Il s'approche alors du cadavre, et d'un seul coup sort son couteau et ouvre le ventre du cadavre !!! L'horreur !!! Et là, le pire je crois : il me regarde droit dans les yeux, et il me dit avec son grand sourire : « Bah, c'est comme les lapins ». J'ai cru mourir !!! Ces humains me surprendront décidément toujours.

Je me suis enfuie de cette boucherie en prétextant aller interroger les prisonniers. Josep m'a immédiatement suivit. Heureusement qu'il était là, car les prisonniers parlaient une espèce de patois avec un accent du font des labourages, je ne te dis que ça... Tout ce que j'ai compris, c'est qu'ils s'appelaient Wolfgang et Klaus, et qu'ils étaient dockers... Josep m'a traduit ce que disaient ces gueux, où du moins, ce qu'il en comprenait... Ils disaient qu'on allait certainement les chercher le lendemain...

Ils cherchaient à sauver leur vie, mais ils avaient raison. Josep a alors suggéré qu'on leur fasse boire de l'alcool et qu'on les laisse comme ça dans la ville... J'ai tout de suite voulu lui faire remarquer qu'ils buvaient eux même de l'alcool de façon immodérée, et qu'ils essayaient ensuite de me faire croire que ça n'avait pas d'effets néfastes sur eux... Mais je n'ai pas réussi à dire un mot tellement j'avais envie de vomir : je venais de voir passer au loin Heinrich sifflotant avec un sceau... rempli de sang...

Je me rends de plus en plus compte que le vrai monde est bien loin de ce que j'en imaginais avant... Mon maître avait raison de me sortir de mes livres et de me dire que j'apprendrais beaucoup plus en apprenant à connaître le monde... Je me sens déjà tellement plus forte en si peu de temps...

Bon le plan de Josep me semblait dangereux et très imprudent. Mais il a réussi à convaincre les autres... et ils l'on fait !!! Tu me connais, il est hors de question que je les abandonne, surtout quand je vois comme ils sont imprudents. Ils ont besoin que je les protège... Mais en serais-je capable...

Tu imagines la situation maintenant !!! Nous avons vidé 6 bouteilles de Rhum dans le gosier de mécréants, et nous venons juste de jeter leurs épaves saoules dans la ville. Le cadavre de l'arbalétrier a été arrimé sous la coque... C'est bien des idées d'humain ça... Nos voiles sont complètement brûlées. Et demain, il est pratiquement certain que nous aurons des questions !!! Les autres finissent leur nuit. Bénélis prie. Et moi je t'écris .. mon journal... pour que tu te souviennes... pour moi... plus tard...

Festag 32 Jahrdrung, 1 heure de l'après midi

Ca y est nous sommes repartis en direction de Bogen Hafen. Tout s'est bien passé finalement. Comme je le craignais, on nous a questionnés. C'était un vieil homme qui travaillait pour le port. Mais Joseph lui a simplement dit que nous avions été attaqués par des ivrognes. Du coup les bateliers ont pu acheter une voile. Je n'ai aucune idée de combien peu coûter un tel objet... Je crois que c'est Josep qui a payé...

Joseph pense que nous arriverons demain soir, juste pour le début du Schaffenfest .

Wellentag 33 Jahrdrung, 10 heures du soir

Nous venons enfin d'arriver à Bogenhafen. Le Schaffenfest commence demain. Nous allons devoir aider Joseph demain. C'est normal après tout. Nous nous occuperons des affaires d'héritage ensuite.

Aubentag 1 Plugzeit, midi

Tu ne devineras jamais !!! Ce nain de Gadoum a encore mangé un parchemin important !!! Décidément, je savais que les nains étaient colériques... Mais je commence à croire qu'ils aiment tout simplement le papier... Je te raconte. Pendant que les hommes ont aidé Joseph à décharger la péniche, nous sommes partis chercher une auberge qui soit le plus prêt possible du Schaffenfest Nous avons trouvé rapidement. Et du coup nous sommes aller chercher les notaires. Devine quoi... Personne ne connaissait ni la rue, ni le nom de l'étude. Sarfatte a eu l'idée de chercher l'imprimerie... Décidément, je crois de plus en plus que comme chez les elfes, les femelles sont plus malines. En tous cas chez les humains, cela me semble de plus en plus flagrant... Et donc l'idée était bonne, car je ne l'avais pas remarqué au début, mais l'adresse de l'imprimerie était indiquée sur le document que nous avions trouvé sur le cadavre de Kastor Lieberung : et elle était bien ici, dans la ville de Bogen Hafen : Imprimerie Schultz et Fridmann

Et c'est à l'imprimerie que les choses se sont clarifiées. Ou encore plus embrouillées plutôt... Les imprimeurs ont été très courtois. Ils ne connaissaient pas l'étude qui avait commandé le document, mais ils ont pu nous décrire leur client... « Un homme grand, habillé tout en noir, avec une grande balafre là » Et là il a dessiné exactement la même balafre qu'avait notre arbalétrier... C'était certain... C'était lui...

Je ne te dis pas la tête des hommes quand nous leur avons raconté ça. Ils sentaient fort la transpiration. Et je voyais leurs regards progressivement comprendre la situation... Enfin, en tous cas le regard de ceux capables de comprendre... Il a fallu 10 minutes de plus qu'aux autre à ce nain pour qu'il comprenne que le parchemin était en réalité une supercherie destinée à attirer Kastor Lieberung.

Et c'est là que de rage, il a mangé le parchemin...

Je dis ça sur le ton, de la plaisanterie, mais après en avoir discuté avec les autres, je suis maintenant certaine que notre arbalétrier, que j'appellerai maintenant Cuftas comme il semble que ce soit son nom usuel, n'ait monté toute cette supercherie que dans le but d'attirer Kastor Lieberung sur Altdorf afin certainement de le tuer. Le destin avait voulu que notre homme meure avant, tué par ces espèces de mutants, et que Josep décide de se faire passer pour lui à cause de leur ressemblance...

Nous avons décidé d'aller d'abord faire un tour au Schaffenfest, et que nous déciderions ensuite de ce que nous ferions... Je ne suis pas sur que tout cela soit vraiment censé !!! Je crains que la majorité d'entre eux ne pensent qu'à s'amuser, et que la situation ne dégénère très vite... Nous verrons bien. Je ne peux de toute façon pas les abandonner...

Aubentag 1 Plugzeit, minuit

Je crois que la réalité a largement dépassé les pires de mes craintes de ce midi... Comme quoi il faut toujours bien réfléchir aux conséquences possibles de nos actes... Je ne sais comment te décrire comment d'une simple balade dans une fête, les choses se sont enchaînées pour nous conduire dans une situation : pire que des poux dans la barbe d'un nain...

Le ring de lutte

[caption id="attachment_" align="alignright" width="219" caption="Le présentateur et le lutteur"][/caption]

A peine étions nous entrés dans la fête que Khorinth aperçois un ring de lutte... J'entends le présentateur haranguer la foule a la recherche de volontaires pour lutter ou tenir 3 minutes. Je ne sais pas ce qui a pris à Khorinth, il s'est immédiatement porté volontaire, sans même que j'ai le temps d'essayer de le faire réfléchir...

Craignant pour lui, je me suis rabaissé à lui proposer d'utiliser mes dons pour tricher... Mais de toute façon, ce barbare n'a même pas réussi à rapprocher son adversaire suffisamment pour que je l'endorme... Mais bon, la nature fait bien les choses. Il ce que cette brute n'a pas dans la tête, il l'a dans les bras : il a su retourner la situation a son avantage et a réussi à terrasser son adversaire...

J'avoue que je me suis prise au jeu et que l'espace d'un instant, j'ai ressenti qu'il m'attirait.... En plus, il a immédiatement donné les 10 couronnes ainsi gagnées à Josep pour le rembourser de l'achat de la voile...

Mais bon, je n'arrive même pas à avoir une conversation de plus de 5 phrases avec cette... force de la nature... Dommage... Peut être qu'à force de parler avec lui. En plus il apprend à lire par lui-même... Enfin bon... La situation n'est pas aux batifolages : je continue...

Le petit voleur

A peine éloignés du ring de lutte, nous entendons un forain venter les particularités de sa foire aux monstres... A coté de lui se tenait un nain. Du coup, j'ai d'abord cru qu'il parlait d'une tribu de nains. Nous nous sommes approchés pour nous renseigner. Le forain se disait Docteur : Docteur Malthusius exactement. Et le nain était sont assistant et s'appelait Grunni. Ils nous ont parlé de monstres à trois jambes et autres anomalies incroyables... J'étais certaines qu'il s'agissait de trucages, et j'avais bien envie d'aller voir. Nous avons tous pris des places, mais le spectacle ne commençait que une heure plus tard.

Et là d'un seul coup, j'entends criér : « Au voleur, au voleur !!! »

[caption id="attachment_" align="alignright" width="92" caption="Nain au pilori"][/caption]

Et je vois un gamin courir dans ma direction. Je me demandais s'il était bien prudent d'essayer de le stopper, mais j'ai vu d'un seul coup Bénélis bondir sur lui, et le faire chuter. Le gosse s'est relevé, alors je lui ai sauté dessus par réflexe, et j'ai réussi à l'immobiliser... La victime est arrivée, continuant à crier, jusqu'à ce que les gardes n'arrivent...

Et là, la poisse... les gardes nous ont tous emmené au tribunal des fêtes. Heureusement, cela a été assez rapide, et le petit voleur a été condamné au pilori. Là j'ai remarqué qu'il y avait un nain, manifestement ivre, comme le sont souvent les nains... Gadoum fit semblant de ne pas m'entendre lorsque je lui fis remarquer qu'il risquait lui aussi de finir ainsi s'il n'arrêtait pas ses excès.

La foire aux monstres

« Trouvez la reine de pique mon brave !!!» cria un forain à coté de nous. « Attendez, je connais le truc, on va s'faire plein d'fric » répondit aussitôt Khorinth. Après que Khorinth ait perdu 1 couronne complète au jeu du bonneteau, nous pûmes enfin aller à la foire aux monstres. On aurait mieux fait de continuer à perdre tout notre argent à cette arnaque plutôt que d'y aller à cette foire aux monstres...

[caption id="attachment_" align="alignleft" width="101" caption="Gobelin à 3 pattes"][/caption]

Il y avait effectivement un gobelin à 3 pattes. Et j'ai pu l'observer plus tard, il ne s'agissait à priori pas d'un trucage...

Mais le gobelin a réussi à échapper a son maître, et a essayé de sauter sur Gadoum et de lui prendre son arme. Il n'y ait pas arrivé, et c'est enfui, s'apprêtant manifestement à attaquer un autre badaud. Bénélis a été vive et a immédiatement agrippé la chaîne du gobelin. Mais Khorinth toujours aussi brutale a lancé ses deux dagues et complètement transpercer le sale petit monstre.

J'ai failli perdre mon sang froid plus tard, lorsque les gardes sont arrivés, et que cet abruti de nain, excuse le pléonasme, forain jusqu'au bout de la barbe, ne commence à se plaindre de la perte de son monstre...

Et nous voilà retourné au tribunal des fêtes, mais comme accusé cette fois. Et notre grande brute de Khorinth a été condamnée... A des TIG... A ce moment là, nous ne savions pas encore ce que cela allait signifier...

Khorinth a d'abord été assigné à résidence dans sa chambre, sous étroite surveillance. Et c'est seulement plus tard que les juges sont revenus le voir.

Ayant certainement entendu parler de ses prouesses à la lutte, ils lui ont demandé d'aller nettoyer les égouts...

Impossible de le laisser tomber, malgré les risques de sa punition. Dès demain, nous allons devoir aller mettre fin aux agissements d'un gang de voleurs oeuvrant pendant le Schaffenfest et utilisant les égouts pour s'enfuir...

Marktag 2 Plugzeit, 1 heure de l'apres-midi

Un démon !!! Nous venons de détruire un démon !!! Bon, je pense qu'il ne s'agissait que d'un démon mineur, sinon nous serions certainement tous morts, mais sur le coup, quelle frousse !!!

Là nous nous reposons, après le combat. Je n'ai pas pu attendre plus longtemps pour te raconter.

De bon matin, je suis allé au registre des égouts avec Khorinth pour chercher un plan. Nous sommes ensuite tous partis en direction de la bouche d'égout la plus proche du Schaffenfest.

Déjà il n'y avait pas d'échelle. Mais malgré toutes mes craintes, personne ne s'est cassé quoi que ce soit en descendant. Et nous avons exploré toute la partie rejoignant le Schaffenfest sans rien rencontrer de particulier.

Les ennuis ont commencé lorsque qu'après avoir prit la branche remontant au nord, nous sommes arrivés à la bouche suivante. Quelqu'un proposa de camoufler l'échelle dans l'eau. J'ai senti une présence dans mon dos. Je me suis retourné. Et là, derrière moi, une énorme forme, comme de l'eau dégoulinante, qui se rapprochait de moi. J'ai immédiatement hurlé... pour donner l'alerte... Mais là, tendant mes mains pour me protéger, j'ai vu la créature se tordre, apparemment pour éviter ma torche. La chose était tellement énorme qu'elle débordait déjà sur les autres. Heureusement, eux aussi ont utilisé leur torche pour se protéger. Et là, d'un seul coup, j'ai entendu une déflagration énorme !!! Aussi forte que les boules de feu qu'arrivait à faire mon maître. C'était Josep qui lançait des grenades. La frayeur qu'il m'a faite !!! Heureusement, la créature elle aussi a eu peur, et elle a pris la fuite. Je pense que cette créature devait être une sorte d'amibe. Il faudra que je me renseigne.

On a ensuite continué. Scrutant prudemment l'eau autour de nous. Jusqu'à ce qu'à un embranchement, on aperçoive un débris flottant dans le caniveau. En avançant doucement, on finit par distinguer la forme qui flottait, on aurait dit un corps. Nos lumières nous permirent de voir le visage : c'était le nain, que nous avions aperçu accroché au pilori du tribunal des fêtes du Schaffenfest. Heinrich s'est immédiatement approché du corps, et l'a retourné. C'était horrible, il était complètement éventré, un bras arraché... et le plus horrible : le cœur lui aussi avait été arraché.

On décida d'un commun accord de remonter le courant, pour voir d'où pouvait venir le corps. Rapidement, on est arrivé sur ce petit couloir, avec cette étrange porte en bois sur le coté droit. Gadoum s'approche pour crocheter la porte. Mais je lui dis de s'arrêter. Je sens une présence, magique, mais je n'arrive pas à la décrire aux autres.

Bénélis s'approche alors, et regarde par la grille. Elle nous décrit la pièce vide avec un étrange pentacle dessiné sur le sol, et 2 bougeoirs diamétralement opposés. Comme à son habitude, n'écoutant que son Dieu imprudent, Bénélis pénètre immédiatement dans la pièce. Sentant le danger je lui ai directement emboîté le pas, tout en sortant mon arbalète. A peine sur le pas de la porte, je vois Bénélis toucher l'intérieur du pentacle à l'aide de son épée. Comme je le craignais, une forme brumeuse commence à apparaître au centre du pentacle. Je recule, sommant Bénélis de sortir de la pièce. Mais elle ne m écoute pas, et attend que la créature finisse son apparition... Et là, je vis le démon. Hurlant aux autres de s'apprêter au combat, je reculais en tirant mes carreaux sur le démon. Voyant Bénélis charger au corps à corps, toujours son épée à la main, je me sentis tomber dans le caniveau central. Tout s'est passé très vite. Josep, Heinrich et Khorinth ont courageusement rejoint Bénélis au combat, et moi je les contournais pour pouvoir utiliser mon arbalète. Notre groupe maintenant bien aguerri a réussi à venir à bout de la créature démoniaque...

A peine le combat terminé, nous nous sommes précipités sur les deux seuls meubles de la pièce. Une armoire métallique et une petite table basse. Khorinth m'a accompagné vers l'armoire, essayant de l'ouvrir : mais elle était fermée... Je me concentrais, et essayait d'utiliser un sort pour ouvrir la porte. Bizarrement, rien ne se passa. Khorinth, perdant patience, sorti sa hache, et en asséna un grand coup sur la serrure... qui résista... contrairement à la hache qui s'est fendue sous le choque... Tout ça pour trouver un couteau assez gros, avec du sang dessus, ainsi qu'un crâne humain, cerclé par un bandeau de métal passant au niveau des tempes, et riveté dans le crâne. Je pense qu'il s'agit d'un couteau de sacrifice. Mais je m'interroge sur le crâne. Peut-être un rituel pour invoquer le démon. Il faudrait que je me renseigne. De leur coté, Josep et Bénélis ont trouvé dans la petite table un mouchoir blanc, avec des initiales brodées en fil d'or : FS...