Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'ennemi intérieur - Chapitre 4

févr. 07 2006

Marktag 2 Plugzeit, 11 heures du matin

Je suis très inquiète pour Josep. J'espère que le juge Richter pourra faire quelque chose... Comment en est t'on arrivé là ?

Après avoir tué le démon, nous avons essayé de détruire le pentacle. Je ne pense pas que nous y soyons arrivés, mais en tous cas nous avons remarqué qu'une tête de bouc était dessus. Et des inscriptions : Ordo Septenarius... personne en savait ce que cela voulait dire là. Nous avons alors continué la visite. Et c'est là que tout a basculé. Nous sommes arrivés à un petit conduit. Sarfatte est partie en éclaireur, et est rapidement revenue. Elle pensait que c'était là. Un endroit idéal disait t'elle. Mais une odeur nauséabonde : soit disant un cadavre pour dissimuler l'entrée. Nous lui avons tous fait confiance, et nous l'avons suivie, sauf Heinrich, qui avait sans doutes un pressentiment. Nous avions fait à peine quelques mètres, et soudain l'air s'est embrasé. Heureusement, nous avons presque tous eu le réflexe de nous coller au sol, sauf Gadoum et Josep, qui était à la fin de la file et qui n'ont rien vu venir. Gadoum a eu juste les bouts de sa moustache brûlés. Mais Josep lui est gravement blessé. Je me suis immédiatement précipité sur Josep pour le soigner, mais mes bandes n'étaient pas adaptées. Bénélis a essayé elle aussi, mais malgré tout ses apprentissages, elle n'a pas fait mieux.. Gadoum est ressorti avec Josep pour lui trouver des soins. J'ai suivi les autres qui avaient décidé de continuer pour se débarrasser de notre punition.

Nous sommes rapidement arrivés à un endroit qui semblait avoir été aménagé à la main : une sorte de couloir en terre qui contrastait avec le reste des égouts. En plus on voyait clairement qu'il ne correspondait plus au plan des égouts que nous avions. Nous avons suivi ce petit couloir jusqu'à arriver à une palissade. Sarfatte repère un mécanisme, et finit par l'activer à force de le manipuler dans tous les sens. Khorinth parvient à faire pivoter la palissade... et nous nous retrouvons face à une pièce, remplie de caisse de marchandises, avec 3 hommes. 2 hommes en armes, et un homme en cape, habillé de blanc. Manifestement leur chef. L'homme d'abord étonné nous somme d'entrer et nous convie fortement de nous asseoir. Bénélis refuse. Moi j'essaye de camoufler mon arbalète, mais je fini par m'asseoir sous les injonctions des autres. Bénélis persiste, un des hommes en armes s'approche d'elle et la menace. L'homme en blanc siffle, et 4 autres hommes en armes entrent dans la pièce. Sous notre pression, Bénélis accepte de se mettre en retrait, plus ou moins assise... Ca m'a rappelé nos nombreuses disputes, lorsque nous étions enfants...Elle était déjà têtue comme un nain... J'ai trouvé Sarfatte bien à l'aise avec ces hommes. Elle les a en tous cas bluffés, nous évitant de combattre et certainement de nous mettre à dos la guilde locale des voleurs... Nous avons donc convenu avec l'homme en blanc de ne pas dévoiler leur cache. En échange, ils nous ont indiqué une de leur ancienne cache, qu'ils libèreront d'ici demain. Nous pourrons alors indiquer celle-ci au juge, et nous acquitter ainsi de notre punition.

Nous sommes ensuite sortis des égouts, dégoulinants de sueur et d'excréments, sous les rires et les huées des badauds du Schaffenfest qui s'étaient rapidement attroupés autour de nous. Un marchand nous a même jeté une pièce. Mais Khorinth l'a renvoyé à plus de 20 mètres en tapant dedans avec sa hache. Il serait certainement très fort aux tournois elfiques de « base de balle ». Arrivés à l'auberge, le patron s'est mis a hurlé, et nous a envoyé nous nettoyer dans l'abreuvoir de l'écurie. Après nous être changés, nous sommes descendus boire un verre.

Khorinth est arrivé, me tendant une petite boite. Je l'ai ouverte, et j'ai été stupéfaite de voir une imitation grossière des Decorectum Elfiques qui étaient autrefois utilisées lors des rituels de longévité. J'ai d'abord été touché par le geste, et je n'ai pas osé lui avouer qu'il s'agissait d'un faux.. Par contre j'ai été furieuse de constater qu'il en avait offert un également à Bénélis. Devant ma stupéfaction, Khorinth a commencé à essayer de justifier que ma sœur lui apprenait à lire, mais que moi ça n'était pas pareil... et patati, et patata... paroles de nain que tout ça !!! Et Bénélis m'a regardé avec un grand sourire, et m'a dit, comme si elle n'avait rien remarqué la garce : « Franck Steinhäger : FS, c'est Franck Steinhäger, un membre éminent de la guilde des marchands. ». Elle avait appris ça en draguant les piliers de bars qui traînaient dans cette foutue taverne.

Gadoum est alors entré dans la taverne. Repensant à Josep blessé, j'ai immédiatement oublié ma jalousie puérile pour ce misérable barbare. Gadoum a laissé Josep au temple de Shallya : nous irons le voir demain.

Backertag 3 Plugzeit, midi

Ouf, je suis maintenant rassurée pour Josep. Ce matin, tôt, nous sommes allés avec Khorinth et Sarfatte rendre compte au juge Richter. Nous lui avons indiqué la fausse cache des voleurs, sans rien lui dire, ni sur le démon, ni sur l'amibe, ni sur la vrai cache des voleurs. Nous lui avons également parlé de Josep, et il a accepté de nous faire une ordonnance pour qu'il soit soigné. Nous sommes ensuite passé au temple, et avons remis l'ordonnance à la grande prêtresse Marlène Ruberstein. Elle nous a promis de prendre le plus grand soin de Josep. Je crois que nous allons maintenant aller au Schaffenfest pour voir le tournoi.

Backertag 3 Plugzeit, 10 heures du soir

Je crois que je vais quitter le groupe. Tant pis, ils se débrouilleront sans moi, mais je ne supporte plus les cachotteries de Sarfatte. Et le pire c'est encore Bénélis... Ma propre sœur... Ces deux là ne sont que des individualistes qui passent leur temps à faire des cachotteries. Je ne sais pas si j'arriverai encore à leur faire confiance. Bon, je dis ça parce que je suis sous le choc, mais je me connais, et jamais je ne pourrai jamais les abandonner à leurs sorts. Mais bon, quand je vois tous les secrets qu'elles font, je ne sais pas à quoi ça sert que je m'investisse avec elles... Je te raconte tout depuis le début, ça me calmera.

Quand je suis redescendu de la chambre, après t'avoir raconté ma matinée, Sarfatte et Heinrich étaient partis tout seuls au Schaffenfest. Gadoum pestait qu'on ne pouvait pas faire confiance aux elfes, et voulait aller lui-même à l'imprimerie. Je crois que le nain n'a pas encore digéré la perte de la cave à vin... Je me suis retrouvé seule avec Bénélis et Khorinth, jubilant de la situation. Je suis persuadé qu'il aimerait nous posséder toutes les deux. Des jumelles. C'est vraiment immonde !!! Mais sinon pourquoi aurait t'il offert un Decorectum elfique à toutes les deux ? Il n'est quand même pas assez bête pour ne pas savoir ce que cela signifie !!!

Khorinth voulait absolument acheter une nouvelle hache. Il a choisi la plus chère. Bon, elle avait l'air d'être de bonne facture, mais je n'y connais rien en hache. En tous cas, elle avait manifestement l'air de lui plaire. Il a tenté de négocier en essayant de refourguer sa vieille hache fendue. Cette technique ne marchant pas, il a tenté le stupide « j'ai pas assez sur moi ». Voyant que le marchand n'était pas dupe, j'ai essayé de le sortir de là, pour gagner un temps précieux, en proposant de lui prêter la couronne qui lui manquait. Il a accepté, et a sorti 12 couronnes d'une bourse énorme, qui n'a qu'à peine diminuée de taille une fois amputée de la somme. Et ce rustre n'a même pas pris la peine de me rembourser !!!

Nous sommes ensuite retournés au Schaffenfest. Et là nous eûmes vraiment une brillante idée : utiliser nos entrées gratuites pour aller voir les monstres C'était tout aussi merveilleux que la première fois, mais en pire un peu, et sans le gobelin à 3 pattes Heureusement, cela ne nous reteint pas si longtemps que ça, et nous pûmes aller aux joutes

J'ai cru mourir de rire quand nous sommes arrivés aux joutes Des boites de conserves en arme, je te le jure. Je ne sais pas ce que cela veut dire, mais c'est ce qui m'est venu à l'esprit. Bien à la fin des traditionnelles joutes, tout ce beau monde de métal termine vaillamment au corps à corps jusqu'à ce qu'il n'en reste qu'un !!! Et ce fût le fils de Lord Winterfield qui gagna !!! Ils portera le titre de Hillander jusqu'aux prochaines joutes. C'est ce que m'a raconté un badaud qui avait l'air ivre.

Les joutes terminées, je décidais d'aller aux registres, à la mairie, avec Khorinth. Après avoir poireauté pendant presque 1 heure, on a fini par comprendre qu'on ne trouverait rien ici On décida d'aller à la capitainerie pour consulter les avis de recherche Les gardes furent surpris que tant de monde s'intéresse aux avis de recherche, et ils parlèrent d'un nain, A leurs rires, je compris qu'ils parlaient de Gadoum Nous étions décidément de mieux en mieux organisés !!! Gadoum m'a même raconté être aller ensuite au tribunal. Il était bien évidement fermé, puisque c'est le tribunal des fêtes qui siégeait...

Nous sommes ensuite retourné à l'auberge On y a retrouvé Sarfatte et Heinrich

A ma grande surprise, Sarfatte nous a expliqué que Ordo Septenarius était le nom d'une association des dirigeants des guildes, Elle tient ces informations du temple où nous sommes allés voir Josep Le temps ne connaît de cet ordre qu'un dénommé Magirius, qui fait des dons au temple au nom de l'ordre. Il appartient à la guilde des marchands. Encore cette guilde des marchands. Comme le soit disant FS du mouchoir : Franck Steinhäger Peut-être devrions nous nous rendre à cette guilde...

Je me pose des questions sur Sarfatte, Comment cela se fait t'il qu'elle ne nous ai parlé que maintenant de ces informations qu'elles avaient discrètement obtenue au temps. Il faut que je me méfie de cette Sarfatte...

Bon, mais je continue mon récit, car le pire vient de Bénélis !!! Tu ne vas pas y croire...

A l'auberge, nous avons entendu parlé d'un homme à moitié fou qui prédisait que Bogenhaffen était maudite, et je ne sais quoi sur le reflet de la ville sur Mòrrslieb, la lune maudite

Et là, Bénélis nous raconte qu'elle avait remarqué que le cycle des lunes était anormal et que Mòrrslieb était presque pleine déjà la nuit dernière. Nous sommes immédiatement allé vérifier, et Mòrrslieb était pleine, là, sous nos yeux !!! Tu te rends compte de ce que cela veut dire ? Et ce n'est pas fini !!!

Après que nous ayons couru après ce soit disant prédicateur de la fin du monde Bénélis fini par nous dire que la nuit où nous étions à Weissbruck, sa Déesse Vénéra lui avait parlé, et lui avait dit que « L'Equilibre était en danger », que « les Dieux du Chaos étaient aux portes du monde', et qu' « il fallait surveiller Mòrrslieb» !!!!

Et elle ne me disait ça que maintenant Elle ne Nous disait ça que maintenant A nous, ces compagnons, Et à moi, sa sœur !!!

Oui vraiment je crois que je vais quitter le groupe...

Backertag 3 Plugzeit, minuit

Je me rends compte que je suis de mauvaise humeur ces derniers temps Mon envie de quitter le groupe, mes nerfs contre ma sœur Bénélis, et contre ce pauvre Khorinth aussi Et douter de ma confiance en Sarfatte, Et même mes jurons contre ce nain de Gadoum Tous cela est bien la preuve de la mauvaise influence de Mòrrslieb!!!

Nous devons combattre ce mal, Et je suis certaine d'être avec les bonnes personnes pour cela en vérité !!!

Malgré l'heure tardive, nous devons aller au temple de Vénéra