Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Châpitre IX - Des vacances, enfin...

nov. 29 2013
Châpitre IX - Des vacances, enfin...

Lédia partie, la mission finie, il s'avère que forcément, notre présence au palais du gouverneur n'est plus "requise". A la limite, je pense que si la bienséance ne l'interdisait pas explicitement, on nous aurait foutu dehors. Mais bon, les règles de l'étiquette sont ainsi faites : hypocrisie et faux-semblants. Pas de panique, on s'habitue avec le temps. Nous décidons donc de nous réfugier dans une auberge tranquille : l'Espadon. C'est une des auberges ou il est possible de contacter la guilde des Dragonniers ce qui est pratique parce qu'à posteriori, je me dis qu'on aurait pu faire parler les corps de nos adversaires afin d'en apprendre plus, si tant est que Perceven m'écoute, ce qui n'est pas du tout gagné. L'auberge est tenue par Torrik, un demi-orque que je qualifierais d'efficace. Pas de bla-bla, et nous avons rapidement nos chambres, assez propres, ainsi qu'un bon bain chaud dont je rêve depuis plusieurs jours. Je ne parlerai pas de la lourdeur de Nahalak et G'Kar qui se font toujours plus pressants dans leur proposition de partager ma chambre. Aucune subtilité... Enfin, ce sont des mâles après tout, c'est comme ça...

Je demande à Torrik de m'obtenir un entretient avec des dragonniers, toujours dans le but de récupérer des bouts des corps de nos défunts adversaires. Il m'informe qu'il fera le nécessaire et qu'il m'informera de la tenue d'un rendez-vous secret dès le lendemain si possible. Sur ce après un rapide repas, je m'en vais goûter à un repos doux et surtout bien mérité.

Vendredi 4 août 350

Le lendemain matin, je me lève assez tôt. Je dois absolument rencontrer Perceven le plus rapidement possible. Ma paranoïa, comme dirait Ghend, me pousse à agir vite. De toute façon, visiblement, tout le monde va vaquer à ses petites occupations. C'est vraiment à croire que mes compagnons d'aventures pensent que le monde marche comme avant. N'importe quoi.

Oubliant que j'ai maîtrisé le sort de Vol (excellent sort au demeurant), je me dirige vers la Guilde des Guides comme d'habitude. Je m'acquitte de la somme de 5 pièces d'or et retrouve Norden, mon guide habituel. Après une heure de marche dans les grottes, nous arrivons en vue du temple de Laethia (déesse de la magie) ou je me dirige prestement.

Châpitre IX - Des vacances, enfin...

Je suis accueillie par deux jeunes novices à qui j'explique fermement que je viens rencontrer Perceven. Je remarque qu'en utilisant le même ton que celui qu'on utilise pour parler à des serviteurs (enfin, du temps ou j'en avais), les choses vont toujours plus vite. Le grand prêtre apparaît quelques minutes plus tard. Afin de faire les choses rapidement, je parle directement du "Retour d'Arax", ce qui a pour effet de provoquer chez lui un regard rond et d'accepter immédiatement de me rencontrer en privé. Dieux, comme j'aime quand les choses avancent comme je veux !

L'entretient serait plutôt un monologue. J'expose de façon la plus précise possible les évènements depuis mon engagement dans la milice vendrestoise. Je suis étonnée par son sérieux et son intérêt, lui que je prenais pour un voleur, finalement, semble être quelqu'un de concerné par l'affaire qui nous concerne (ENFIN !). Ses questions sont précises et pleines d'intérêt, révélant parfois des aspects qui m'avaient échappé. Il bondit d'intérêt lorsque je lui explique que nous avons trouvé l'épée d'Ilifan, mais se renfrogne immédiatement quand je lui explique qu'elle a rejoint Rhyental a travers le portail noir. Néanmoins, contre toute attente, il est prêt à interroger les morts que nous pourrions retrouver et même à les ramener à la vie si nécessaire. A SES FRAIS ! Comme quoi on peut se tromper sur les gens de temps en temps...

Avant de partir, je demande s'il me serait possible de louer un laboratoire au temple, mais Perceven me fait comprendre que compte tenu de la difficulté à rentrer ici en tant que simple acolyte, il serait mal vu qu'il accepte. Soit... je devrais pouvoir m'en sortir au palais des Cinq Plaisirs. J'en profite néanmoins pour acheter des encres qui me permettront de recopier des sorts dans mon grimoire, ainsi qu'un parchemin permettant de détecter les portes dérobées, comme celui que j'avais utilisé dans la tombe de Ugel, avec grand succès..

Je retrouve Norden qui me ramène à Port de l'Entente. A l'Espadon, je retrouve certains de mes compagnons d'aventure : les frères Ghinfer semblent repartis dans une frénésie créatrice qui les fait ressembler à des nain... Camaris vient me relancer pour apprendre la magie. Parfait, un apprenti c'est toujours utile, au moins pour laver les instruments. Je l'informe que nous partirons en volant dès que possible et qu'il se tienne prêt. Après le repas Torrik m'informe que la rencontre aura lieu demain soir peu après la tombée de la nuit dans une maison abandonnée prêt des docks. J'irai avec Camaris de toute manière, il me protègera...

Châpitre IX - Des vacances, enfin...

Samedi 5 août 350

Aujourd'hui je tente de retranscrire le sort permettant de détecter les portes secrètes. Je m'enferme à clef dans ma chambre et passe la journée dans les formules magiques. Et le soir, je parviens à comprendre ce sort somme toute pas si compliqué. Parfait. Juste le temps de me préparer, d'aller manger, de récupérer Camaris et d'aller au rendez-vous. Les choses se passent d'ailleurs à peu près comme ça si ce n'est que Ghor me remet une invitation pour une surprise le samedi 12 août. Je crains le pire, mais j'irai voir...

Nous nous retrouvons finalement dans la petite ruelle déserte devant une maison abandonnée, Camaris et moi. Après avoir incanté quelques sorts de protection, nous entrons dans la maison. A l'intérieur, un petit hall sans mobilier, et de l'autre coté, deux hommes vêtu dans la tenue habituelle des Dragonniers. Nous nous présentons rapidement (et pas eux accessoirement...), mais ils affirment nous connaître. Bien, cela devrait simplifier les choses. Je leur fais donc part de ma requête de récupérer les corps des personnes qui sont tombé dans le temple sur l'île de Dracosia. Ils sont tout d'abord surpris, mais acceptent eut égard aux services rendus. Ils nous demandent également de leur faire part de renseignement si ils nous le demandent. Après tout, je suis plutôt pour que le probable retour d'Arax devienne quelque chose de connu, donc je leur propose même de recopier mon journal s'ils le souhaitent. Ils acceptent, et nous feront parvenir les corps en passant par Torrik.

Après cette entrevue, je lance des sorts de Vol sur Camaris et moi, et nous partons en direction du palais des cinq plaisirs que nous atteignons moins d'une heure plus tard. Ce sort est excellent. Je suis sûre de ne pas m'être trompée quant aux travaux que je vais entreprendre. Nous arrivons dans la nuit. Nous sommes accueillis par un érudit du Palais qui nous accueille chaleureusement. Visiblement, Lédia a fait le nécessaire pour que tout se passe bien. On a mis à ma disposition un laboratoire en excellent état et une petite cellule. Et en plus j'ai un apprenti. C'est chouette la vie parfois.

Vendredi 11 août 350

La semaine qui vient de passer s'est écoulé a toute vitesse, au rythme des incantations, mélanges, calculs théoriques et enchantement. Mais maintenant, j'ai réussi ! je tiens devant moi le premier objet magique de ma fabrication : des Ailes de Vol. C'est un objet dont mon maître m'avait parlé autrefois. Une grande cape qui se transforme en immenses ailes, comme celles d'un ange. Bon je conçois que c'est un peu de la chauffe, mais le bon point c'est surtout qu'elles permettent de voler. Camaris s'est avéré un élève attentif. Malheureusement il est de façon évidente attiré principalement par l'école d'illusion (après tout ce n'est qu'un roublard qui veut apprendre la magie non pas par passion mais comme un moyen d'arriver à ses fins). Je ne suis pas sur de pouvoir réellement l'orienter dans cette voix. On verra bien. Sinon il n'est pas totalement idiot, même si il aura manifestement du mal à saisir certains concepts.

Sinon j'ai profité de ce séjour pour récupérer les parchemins que j'avais commandé il y a quelques temps (toile d'araignée, flèche acide, protection contre le mal,...). et aussi pour acheter un parchemin de Dissipation de la Magie, sort que je considère comme totalement fondamental à tout panel de magie bien organisé.

Nous rentrons demain à Quandionne. Il me tarde de tester mes ailes. Et je n'ai toujours pas de nouvelle des Dragonniers ce qui devient inquiétant...

Châpitre IX - Des vacances, enfin...

Samedi 12 août 350

Nous partons tranquillement en fin de matinée après le petit déjeuner. Le test des ailes et concluant et nous atteignons Quandionne un peu avant midi. Il n'y a personne du groupe dans la journée, et c'est le soir à la soirée de Ghor et Grishka que je retrouve tout le monde. La surprise, c'est l'inauguration de Ginfh'er Muscu, une sorte de commerce monté par les deux frères et dont le but semble être d'avoir des gros muscles. Je ne ferai pas de commentaire sur ce que m'inspire ce genre d'endroit...

La majorité des gens présents sont principalement des brutes sans cervelles. J'en suis réduite à discuter avec mes compagnons d'aventure. Le gouverneur fait lui même une courte apparition de bienséance. Ah ! Fait notoire : Nahalak est propre, rasé, peigné et parfumé. Je me demande s'il a fait ça pour ses beaux hommes musclés. Il ne me faut pas plus de quelques minutes pour me faire accoster par un lourdaud. Nahalak, puis Ghor prennent rapidement ma défense, le premier en gratifiant l'opportun d'un crochet du droit et le second en le sortant manu militari. Après ça, bizarrement plus personne ne m'a cherché, ce qui a ses avantages.

La soirée se déroule tranquillement au rythme des défis que se lancent les futurs habitués non sans l'arrivée de deux Lanières et plus tard d'un chevalier Runique. Les choses se sont bien passées. Je pense qu'ils ignorent qui nous pouvons être, vu qu'il n'y avait pas eu de survivants lors de l'attaque dans les grottes. Camaris, en discutant avec les Lanières, parvient même à apprendre que leur chef à disparu et qu'il s'agissait d'une femme, prêtresse de Nadira (déesse maléfique et épouse divine de Arax). Tiens donc. Et s'il s'agissait de la femme aux cheveux verts ? Camaris prends des contacts et envisage de s'introduire chez les Lanières en tant que tête dirigeante. Ce garçon est fou...

Un peu plus tard, Ghend, aussi étonnant que cela puisse paraître, vient s'entretenir avec moi du reste des évènements et des points sur lesquels l'enquête pourrait avancer. Une fois la surprise passée, nous avons une discussion assez intéressante et inattendue. Il en ressort que nous devrions nous renseigner sur les points suivants :

  • les participants à la cérémonie,
  • le but de la cérémonie,
  • les liaisons entre Rhyental, les Lanières, et les chevaliers runiques. C'est compréhensible si les Lanières sont ou étaient commandées par une prêtresse de Nadira, mais qu'en est-il de Malebranche, le duc de Mortei.
  • y avait-il des liaisons entre les traîtres de Vendrest et Rhyental ?
  • comment Rhyental a-t-il contacté Tanzandra à Némédia ?
  • comment les chevaliers runiques ont-ils sur que nous étions à Crachefer ?
  • et enfin (même si ça n'a rien a voir), qui est cet Oracle dont parle le parchemin que nous possédons traitant du départ des dragons des Archipels. Il faudra que j'aille interroger Enoch quand il sera revenu.

Autant de questions intéressantes auxquelles j'espère bien répondre rapidement si les dragonniers de pressaient un peu dans leurs recherches. Demain j'espère... Je rentre finalement me coucher plus tard que prévu, comme quoi la vie est pleine de surprises.

Châpitre IX - Des vacances, enfin...

Dimanche 13 août 350

Première grasse matinée depuis bien longtemps. Quel plaisir. Il va aussi falloir que je comprenne le sort de Dissipation de la Magie. Après un copieux petit déjeuner, je m'y attelle. Cela devrait me prendre trois jours, en espérant que les diverses interruptions de mes compagnons d'aventures pour des questions aussi diverses que généralement inutiles ne me fasse pas échouer dans la tache. Bien entendu, c'est aujourd'hui que Torrik, l'aubergiste, me remet un paquet de la part de la Guilde des Dragonniers : deux restes de doigts en mauvais état. C'est tout ce qu'ils ont pu récupérer des corps des participants au rituel sur Dracosia. En espérant qu'il y aura les bons.

Les choses urgentes passent en premier, et je m'envole immédiatement en direction du Temple de Leithia. Perceven m'accueille avec un certain enthousiasme, et malgré une petite grimace en voyant les restes que je lui emmene, Il est néanmoins tout a fait disposé à rescucités ces personnes, mais souhaiterait une force de frappe plus importante. Je lui propose donc d'aller quérir mes compagnons. e retrouve donc tout le monde vers midi à l'Auberge de l'Espadon, et l'idée d'interroger les participants au rituel semble leur plaire et ils partent sur le champ en direction des grottes. Je repars moi même vers le Temple sans attendre.

Ils arrivent plus rapidement que prévu, Nordenn leur ayant fait prendre un raccourci... Décidément je comprendrai jamais les nains... A croire qu'ils aiment marcher dans la boue pour le plaisir, ce qui, finalement, ne serait pas très étonnant...

Nous entrons tous dans une petite cellule du temple, ou Perceven, après que nos guerriers se soient installés autour de la couche, débute une longue incantation de plusieurs minutes. C'est quand même sérieusement impressionant. Et au terme de celà, à partir d'un simple doigt, un corps complet prend forme. C'est celui de l'arbalétrier, un homme de main. C'est regrettable, il ne doit pas connaitre grand chose. Je ferai un résumé de ce que nous avons appris des deux un peu plus loin. Le deuxième est notre ami Zarko qui, je pense, aurait mieux fait de rester mort. Voici de façon succinte ce que nous avons pu apprendre :

Les participants à la cérémonie étaient les suivants :

  • Della Torr, la femme aux cheveux verts, était une prétresse de Nadira. c'est elle qui était à l'instigation de la cérémonie.
  • L'homme au double fléau était un druide,
  • Celui qui a disparu par le portail, aucun de nos informateurs ne sait.
  • Quand à l'arbalétrier, il était payé pour assurer la protection de Nadira ("Raté", comme dirait Ghor),
  • et Zarko... Il jouait à l'opportuniste de service, comme d'habitude.
  • Le but de la cérémonie reste un mystère pour nous. Aucun de ces deux abrutis n'a compris ce qui se passait ici. Par contre il semblerait que nous soyons arrivés à temps pour interrompre la cérémonie avant son terme ce qui en soit est un bon point.

Concernant ce qui s'est passé sur l'île, nous avons pu en apprendre bien plus :

Premièrement, Zarko avait vendu l'information aux Nains de Crachefer ainsi qu'à Della Torr, en plus de nous. Tant de duplicité m'énerve à un point... Définitivement pour lui, il aurait mieux fait de rester mort. Le groupe de Della Torr est arrivé un jour après nous par téléportation ou une magie similaire. Les nains, grace aux indication de notre traitre d'informateur préféré, sont arrivé sur un de leurs bateaux à vapeur. En descendant de bateau, ils sont tombés sur une de ces statues en Eos. Simple d'esprits et vénaux comme des nains, ils ont voulu en casser un bout pour le ramener en souvenir. Et c'est là que la malédiction des dragons les a emporté, les transformant en ces petits lézards vicieux que nous avions combattu.

Je suppose que c'est à peu près à ce moment là que nous avons fait ce rêve curieux dans la tombe de Ugel. Par la suite, Della Torr et son comparse druidique ont réussi à contrôle les bestioles écailleuses (d'ailleurs, je me demande si la transformation du nain en lézard est une évolution ou une régression) et, afin d'éviter des témoins de leur odieuse cérémonie impie, se sont arrangé pour raser le village d'homme-lézards. C'est à peu près à ce moment que nous nous sommes réveillés sur une plage au milieu de ruines d'un village, alors que de la fumée montait dans le ciel. Autre information intéressante : Della Torr commandait au Lanières. C'est sûrement sur son initiative que Enoch avait été enlevé. En tout cas, les lanières doivent être sérieusement désorganisés maintenant. A part ça, je dois avouer que notre interrogatoire est bien infructueux...

Et puis, alors que l'arbalétrier raconte l'histoire des nains-lézards qui attaquent le village avec beaucoup de calme, Ghor pète un cable, et, se servant (avec doigté je dois bien l'avouer) du marteau d'Ugle, défonce la tête de notre informateur, répandant du sang et de la cervelle partout et provoquant des regards éberlués de l'assistance. "Il m'a énervé" sera son excuse. Ceci dit Perceven n'a pas du tout apprécié la plaisanterie et du coup il quitte la pièce en colère en nous ordonnant de nettoyer avant de partir. J'avoue que je suis un peu d'accord et Ghor semble prendre conscience de son geste et se charge lui même de faire les sols.

Pendant ce temps là nous discutons du sort à accorder à notre ami Zarko. Je dois avouer que d'habitude j'ai plutôt tendance à modérer les ardeurs de mes compagnons, mais la trahison j'ai vraiment du mal... Nous décidons finalement qu'une vie d'esclavage sur Némédia constituerait une peine à la hauteur des ses odieux crimes (je sais, je m'emporte, mais il m'a vraiment énervée sur le coup).

Malgré ses protestations, nous décidons de quitter Quandionne dès le lendemain pour Némédia. Camaris, Nahalak et Grishka ne nous accompagneront pas, mais Lédia oui, surtout après que je lui aie parlé du plaisir d'un endroit contrôlé par la gente féminine. Nous partirons le lendemain après avoir fait quelques courses. J'en profiterai pour apprendre quelques sorts durant le voyage. Sauf que ça coute super cher malheureusement... Et comme je suis un peu à sec... enfin c'est pas grave j'ai bien besoin de vacances...

Après que Ghor ait nettoyé ses conneries, nous rentrons à Port de l'Entente.

Châpitre IX - Des vacances, enfin...

Lundi 14 août 350

Après une matinée à préparer notre voyage, nous rentrons dans la bulle après le déjeuner et partons en suivant. Je trouve assez ironique de lutter contre le retour d'Arax en utilisant son propre temple comme moyen de transport. Zarko essaye bien entendu de négocier une relaxe, mais rien n'y fait, il nous a trop pris pour des cons. Je suis obligée de pratiquer de la magie sur la bulle qui sent le poisson grâce à Ghend et à ses parties de pèche au gros. Encore une attention que le Destructeur dans sa prison doit grandement apprécier : un halfelin se sert de son temple mobile pour entreposer des poissons...

Mercredi 16 août 350

Nous arrivons à Némédia sans encombres grâce au mur de force généré par la bulle. L'arrivée au port provoque quelques sourcils interrogateurs, et nous sommes interpelés par deux gardes prétoriennes. Après une courte explication, nous demandons à être introduits auprès de Shuni. Ghor se fait encore remarquer en sautant au cou de la capitaine des gardes et en lui faisant un gros bisou. Shuni lui demande solennellement de ne jamais recommencer. Je m'étonne même que sa réaction n'ait pas été plus violente. Nous lui expliquons la raison de notre venue : vacances plus punition pour Zarko, ce sur quoi elle nous emmene voir Shanaë, la reine. Elle aussi est ravie de nous voir. Après entrevue, elle consent à garder Zarko, mais il devra être jugé selon les lois de Némédia. Ceci dit, la peine pour invocation d'Arax est bien de plusieurs centaines d'années d'esclavage dans les mines de sel. Ca me parait tout à fait raisonnable pour ce pourri.

Sur ce on nous mène à nos quartiers. Nous passons deux jours à ne rien faire c'est le bonheur, surtout ici. J'emprunte 500po à Ghend et je vais faire les boutiques avec Lédia. Ca faisait longtemps que j'en avais envie. Somme toute un petit séjour très reposant?

Vendredi 18 août 350

Nous repartons aujourd'hui : direction Vendreste. Nous devons passer mettre l'Edile au courant de ce qui s'est passé. Après tout nous avons le statut d'ambassadeur et nous sommes censé tenir au courant notre supérieur de nos agissements, surtout quand ils touchent à l'invocation d'Arax.

Vendredi 25 août 350

Après une semaine de voyage nous arrivons dans le port de Vélène en milieu d'après midi. Le temps de faire des détours par l'administration du Palais de l'Edile, nous dinons avec lui le soir. Il est un peu désolé d'être mis au courant des évènements si tard (en dernier en fait). Il prend note du fait qu'il semble y avoir une conspiration visant à faire revenir Arax de sa prison et se chargera de mettre au courant les autorités religieuses concernées. C'est toujours ça de pris...

nous passons une journée à Vélène et nous repartons le surlendemain à destination de Quandionne. C'est la fin des vacances.

Châpitre IX - Des vacances, enfin...

Mardi 29 août 350

Nous débarquons a Quandionne après un voyage sans encombres. C'est rigolo de voir à quel point la bulle nous permet d'éviter la plupart des aléas lies à la navigation classique. Pas de pirates, pas de monstres en tous genres... C'est vraiment une bonne chose de l'avoir gardée, et en plus c'est rapide. Merci monsieur Arax !

Nous nous dirigeons vers la salle de musculation des frères Ghinfer, ou nous sommes censés retrouver nos compagnons. La façade est en travaux visiblement, et une palissade en bois recouvre une partie du mur. Qu'ont-ils encore fait ? Ghor commence déjà a se poser pas mal de questions. A l'intérieur, nous retrouvons Ghinfer, Nahalak et Camaris, l'air un peu ennuyés. Nous apprenons rapidement ce qui s'est passe durant notre absence : le lendemain de notre départ, la salle de musculation a eu la visite de duc de Malebranche qui est venu faire le malin. Bien entendu le matériel n'était pas assez costaud pour lui. Tout s'est néanmoins bien passe, sauf que la nuit suivante, quelqu'un est venu mettre le feu au bâtiment, en signant sur le mur des armoiries du duc... Donc de deux choses l'une. Soit les agresseurs sont bien à la solde du duc, et sa position de diplomate lui fait tourner la tête, soit des gens en veulent au duc, mais dans ce cas, ils s'y prennent comme des pieds...

Ce qui est hallucinant, c'est qu'aucun de ceux qui sont resté la n'est allé porter plainte auprès du gouverneur. Même Ghor est estomaqué par tant de négligence. Franchement, quelle bande de crétins. Leur seul réaction a été d'envoyer Camaris fouiller la maison du duc de Malebranche, et y piquer quelques bouteilles d'un vin de cuvée spéciale et réservée (qui est particulièrement excellent au demeurant).

Ghor décide donc d'aller déposer une plainte. Mais avant qu'il puisse partir, quelque chose vient frapper a la porte. A l'extérieur, une dizaine de petits volatiles étranges semblent essayer d'entrer dans le bâtiment. J'incante les sorts de protection d'usage afin de ne pas prendre de risque, mais Ghor va directement ouvrir la porte, et les petits oiseaux entrent, puis se posent au sol ou ils reprennent leur forme de papier. J'ai déjà entendu parler de ce sortilège fort utile pour délivrer des message, qui consiste a faire un pliage d'un oiseau a partir du message lui même et a faire voler cet oiseau vers le destinataire. Très pratique, si à l'occasion j'ai de l'argent pour apprendre de nouveaux sorts.

Ces papiers (il y en a 7), constituent une invitation pour la fête du Mort, sur brillance, dans 15 jours. L'invitation est faite en ces termes :

«Gente Personne,

Je vous propose de Me rejoindre en Khol Minaria, dans le Quartier des Nefs, au Mausolée de Charoz le Huitième, pour une Célébration qui vous en apprendra long sur les Mystères Silencieux des Abysses et sur Ce qui se cache dans l'Ombre des Mondes Extérieurs. Il n'y aura ni conforts de la conversation, ni farandoles, mais de la Douce à volonté. Le jeu commencera à la cinquième oraison du Soir. Soyez à l'heure.

Celui Qui Siège Dans les Profondeurs Insondables, Jaemz de la Porte.»

Mais bien sur. C'est pas le truc louche du tout. Ca parle de Sombre Seigneur, d'Abysses et d'autres trucs du genre, nous sommes tous invites, comme par hasard, et ca ne choque que moi... Je traîne vraiment avec des inconscients sans cervelle. Ghend, qui est de Besqwel, île satellite de Brillance, m'affirme que les invitations pour ces fêtes sont toujours un peu originales et délirantes et que c'est tout a fait normal... Sont donc invites a la fête l'ensemble du groupe (Ghor, Nahalak, G'Kar, Ghend, Camaris et moi meme), ainsi que Ledia. J'irai la prévenir demain. Nous décidons de partir dans une semaine, afin d'avoir le temps de visiter Brillance et histoire que Ghend puisse aller faire un petit coucou a ses parents sur Besqwel. Soit...

Je m'envole vers le Palais des cinq plaisirs avec Camaris, ou je dois lui administrer quelques cours de magie supplémentaires. Nous mettons Ledia au courant de l'invitation, ce qui a pour effet de la ravir au plus haut point. Visiblement elle a déjà pratique ce genre de fête, et nous explique que la boisson locale, qui s'appelle la Douce, procure un plaisir merveilleux en même temps qu'il s'agit d'une drogue puissante. Génial... Mais elle affirme qu'elle a trouve un moyen de se défaire de l'accoutumance... Ravie pour elle. Sur ce je remets Camaris au travail, et nous passons une semaine studieuse au Palais des cinq plaisirs.