Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Heinrich - 10 ans après

juil. 05 2009

Ca doit faire une dizaine d'années que tout est fini. Aujourd'hui j'ai le temps de vous raconter la suite. Bien installé chez moi, auprès du feu et de ma famille, je peux me laisser aller à vous narrer ce que j’ai fait en quittant l’équipage de la « Maria Joanna », après les quelques années d’aventure que nous avons vécu. Evidemment, ce n'est plus la grande épopée d'un groupe d'aventuriers chassant le chaos partout où qu'ils le rencontrent. Non, tout cela, l'époque ou je me lançais de tous cotés, c'est terminé ! Et si je dis 'je', c'est bien parce que désormais, le nous n'est plus la réalité. Mais...

L'ennemi intérieur - Chapitre 30

août 15 2008

Kadar-Khalizad ne fut pas notre tombeau ! Même si l’exploration de la cité souterraine à la recherche du Fendoir de Crânes fut le lieu de nombreux combats, pour ma part je m’en sortis sans une égratignure. Yodri, lorsqu’il nous avait révélé l’entrée cachée, avait été très clair : nous ne pouvions revenir sur nos pas. Sachant ceci et ne pouvant faillir à notre mission, nous passâmes donc de longues heures à explorer les lieux. Une cinquantaine de gobelins avaient pris possession des étages supérieurs. Ils montrèrent quelques résistances, l’un d’entre eux manipulant même un peu la sorcellerie, mais...

L’ennemi intérieur - Chapitre 29

mai 12 2008

Toutes ces cités naines, il y avait de quoi se perdre bon sang… D’après les légendes, Sigmar était censé s’être rendu à Karaz-a-Karak la cité des Nains créateurs du Marteau. Cela aurait du être la meilleure des pistes. Mais finalement vingt siècles plus tard, personne ne savait s'il avait même dépassé la passe du feu Noir ! Heureusement Erefné avait retrouvé dans un ouvrage de la bibliothèque de Nuln un indice comme quoi il se serait dirigé en premier lieu vers Karak-Kadal une autre cité naine. C’est dans ces ruines désolées que nous avions retrouvé le temple avec la voûte étoilée nous guidant...

L'ennemi intérieur - Chapitre 28

févr. 18 2008

« Karak-Kadal…» Erefne pointait son index vers la cité en contrebas. « ………exactement comme dans la gravure que j’ai consultée à Nuln. » finit elle. « Enfin presque, si on enlève le fait que les bâtiments sont en ruines. » ajouta Sarfath. « Pas tous. Là bas au centre,» remarqua Heinrich « regardez.» En effet ! Nous nous tenions au bord d’une cuvette naturelle entourée des vastes sommets déchiquetés des Montagnes Noires. Dans ce village à l’aspect désertique, tout semblait dévasté comme après la bataille. Tout sauf un unique bâtiment, un dôme légèrement brillant tranchait dans ce décor désastreux....

L'ennemi intérieur - Chapitre 27

févr. 18 2008

Après les quelques péripéties en cours de voyage sur le Reik, nous fîmes notre habituelle pause à Grissenwald pour que Sarfath puisse organiser son commerce habituel. Nous en profitâmes pour refaire les stocks de nourriture et pour réparer nos équipements ainsi que fignoler l’état de la Maria Johanna. De mon côté je n’étais pas mécontent d’avoir en route éliminé un Chevalier du Chaos et ses sbires et pas peu fier d’avoir répurger Wittgendorf ainsi que le village de pêcheur près de Wörlitz. Quelques créatures et autres mutants en moins sur nos terres ne feront pas de mal à l’Empire en ces temps...

L'ennemi intérieur - Chapitre 26

févr. 18 2008

Nous partons donc pour Nuln. Les tensions sont palpables autour du Reik… Ce qui me fait mal c’est que les humains sont capables du pire sans même connaître la raison de leur agissement. Je m’explique : mes amis ont su me montrer leur dureté ou même leur intransigeance mais dans ce cas présent, cela dépasse tout ce que je connais. J’avoue ne pas très bien comprendre. Parfois je me demande si ce n’est pas moi qui suis complètement décalée par rapport à eux. C’est pourquoi je préfère m’abstenir et me mettre en retrait. Nous nous arrêtons au « village d’Heinrich » (en mémoire de notre dernier passage...

L'ennemi intérieur - Chapitre 25

févr. 17 2008

Oyez, oyez pauvres gens ! Gueux et autres enturbannés de la populace, vous avez certainement tout entendu sur la mort de l’Empereur Karl Franz 1er et des affres de sa succession. Vous qui avez du choisir votre camp entre admirateurs de Sigmar et dévoué d’Ulrich prêt à lyncher tout membre adverse, vous n’avez été que les pauvres victimes de diverses propagandes et autres désinformations. Ceci afin de ne point éveiller trop de soupçons sur les véritables intrigants de ces affaires. Et comme je suis quelqu’un d’un naturel fort sympathique et serviable, vous avez bien le droit à être éclairci de mes...

L'ennemi intérieur - Chapitre 24

févr. 17 2008

«Y fait froid à Kislev, mais ca sent moins la charogne qu'à Bolgosgrad, si vous voulez mon avis. » Ca fait pas longtemps qu'on a quitté les morts-vivants, et ils me manquent pas. Se faire servir une bière par un décomposé qui pue le ver et l'humus, c'est pas pour moi. Même si elle est bonne. En parlant de bière, faut dire qu'on a appris une bonne en revenant. Y'a Vladimir qui nous a dit que l'empereur, Karl Franz, il est dedans, sa bière. Il a clamsé y'a pas longtemps. C'est plutôt bien qu'on soit revenu, aussi, et on va repartir du coté d'Altdorf, pour faire plaisir à Herrlich, qui veut qu'on...

L'ennemi intérieur - Chapitre 23

janv. 05 2008

De retour à Kislev nous fîmes le résumé de notre entrevue avec Annandil auprès de Bogdannof et du Tsar. Visiblement ces derniers furent déçus que le nain nécromant ne leur propose son aide sur le sujet épineux de Bolgasgrad et de Durgul. Nous demandâmes pour notre part d’être mis au parfum. Le Tsar et ses conseillers craignaient que la ville fût en de mauvaises mains et puisse sombrer dans le Chaos ce qui mettrait en péril non seulement leur Royaume et peut être même l’Empire. Le problème s’avéra plutôt simple. Bolgasgrad était une ville au Nord du royaume Kislévite frontalière et rempart des Désolations...

L'ennemi intérieur - Chapitre 22

oct. 03 2007

Annandil était, à mon propre avis, un sacré taré. Un putain de sacré taré ! Ce foutre de nain voulait me faire croire qu’un nécromant de sa trempe n’était pas forcément mauvais. Mais qu’est ce que j’en avais à battre qu’il serve ou non l’Empire ? C’était un grand malade qui faisait gravement joujou avec les morts. Tout ça à cause d’une blonde décédée depuis belle lurette. Une elfe en plus. Imaginez le couple à la mode dans les soirées impériales : un nabot à moitié maboul et une mort vivante aux oreilles pointues ! Trop la classe. Ah ! Excusez moi. Vous devez certainement plus rien n’y comprendre....

1 2 3 4 > >>